retour à l'accueilporte.wmf (2678 octets)

 

 

 

 

 

Le   coureur_seul.gif (3372 octets) MAGAZINE
    Ici vous trouverez quelques florilèges et informations susceptibles de vous intéresser.
Bienvenues aussi les nouvelles et brèves que vous désirez nous adresser. (Elles seront publiées sous votre nom ou nom d'alias).
Nous ferons tout aussi bon accueil à vos appréciations sur le site. Ne vous gênez pas, surtout si quelque chose ne devait pas fonctionner correctement.
 

Quelques fleurs
de Mickaëlle FRA ==>

Je vous remercie pour ces jeux qui me permettront d’animer les activités avec les jeunes et les ados...

de Anne, FRA ==> On me demande de remplacer une monitrice d'école biblique et je cherchais un jeu pour le temps de récréation : vos rébus sont très bienvenus, un grand merci!
de Marie-France, FRA ==> ...Je vous remercie pour tout le plaisir que vous nous donnez. Je fais presque tous les jours les sudokus... Et merci pour les jeux bibliques (que j'ai gagné)....
de Cécile, BEL ==> Merci pour vos petits jeux, ni trop simples, ni trop compliqués...
de Véronique, BEL==> Très chouette concours, merci !
de Erika, SUI==> Bravo pour votre site il est vraiment super j'adore vos jeux j'y passe des heures dessus, merci.
de Carl, BEL=> Je trouve que le 2ème rébus est un peu facile mais le premier est super !
de Germaine SUI=>  Merci pour le jeu, très divertissant !!
de Sophie, BEL=> J'espère que les Belges peuvent aussi participer à vos concours car ils sont très amusants et distrayants.(n.d.r: Mais bien sûr et vos compatriotes sont souvent les plus nombreux!) J'adore les jeux où il faut un peu réfléchir, merci pour ce concours sympa.
de Laurent FRA => Merci pour votre travail sur le site!!!
de Albert, FRA=> Super site bon courage et merci.
de Danielle, FRA=> J'aime jouer votre site est + que TB.
de Isabelle, FRA=> Site génial, je m'amuse beaucoup!
de Delphine, FRA=> c cool...
de Véronique, LUX => J'aurais préféré pouvoir jouer directement sur les grilles, en ligne.
de Didier, FRA => Continuez a nous distraire avec vos jeux qui sont très intéressants.
de Jean-Daniel, FRA => (...) site déjà bien parfait!
de Jérémie, FRA => Génial ce jeu. Bravo!
de Nicolas FRA => (...) Je souhaiterais créer une page reprenant les renseignements que vous donnez avec l'article "D'où nous viennent certains mots ?" (...) Bravo et merci pour votre site.
de Martine, FRA =>  Bravo pour ce site très convivial et fort intéressant...!!!  Je le conseillerai à mes amis.... Bonne continuation....
de Claudine, SUI =>  Je tenais à vous remercier pour votre site qui m'a bcp plus.   Mes élèves ont adoré vos grilles!
de Fabienne, SUI =>  ( ...) au passage, j'ai vraiment trouvé le site très très sympa.
de Lucette, SUI =>  Je vous découvre, c'est super de pouvoir faire des mots croisés. bravo
de Jean-Marc, SUI  =>  C'est par pur hasard que je suis arrivé sur ce site. Il est très accueillant et amusant. Félicitations.
de Martine, FRA =>  Bravo pour ce site très convivial et fort intéressant...!!! Je le conseillerai à mes amis.... Bonne continuation....
de Chantal, CAN =>  allo sa va tu bien moi tres bien je suis contente davoir lue le journal avoir trouver ses jeus. jai dix ans jabitte a st-julienne un village de droguer. il vaut mieu de demenager mon pere ma dite.
de fam. Ayadi, FRA => Bien le principe de jeu (La traversée) c'est une découverte intéressante que je viens de faire. Bonne continuation et bon courage pour la suite. Je vois, d'après les résultats des concours, que le champ d'influence de ton site s'élargit. Bravo!
de Mme Marrec, FRA =>  Super site. Continuez!!
de "Béru-Béru", SUI => Un grand bravo pour votre site! Étant formateur amateur autodidacte, à "Pro senectute" , on me demandait souvent:"Où sont les jeux"? Maintenant je sais ou les trouver?  Bravo d'y avoir pensé !
de Véro, FRA => (...) mes félicitations pour ce site, enfin des jeux intelligents et pour toute la famille.
de Martine, FRA => Je viens de vous découvrir, génial comme site, moi qui adore les jeux de lettres, encore merci.
de Evelyne, FRA=> Je suis heureuse d'avoir découvert ce site. J'ai donc joué à l'hebdojeu 1.
de Michel, SUI=> Merci pour le plaisir des jeux...
Retour en haut de la page

La petite histoire des mots croisés

Le jeu des mots en croix, par la suite appelés mots croisés a été créé en 1901 par l'Anglais Arthur Wynne. Les premiers mots croisés sont apparus dans le supplément du dimanche du New York World le 21 décembre 1913; et pour la première fois en France le 8 janvier1925 dans Le Gaulois (d'autres sources donne la date du 9 novembre 1924).

On eut tôt fait de proposer des grilles quotidiennes à la sagacité des lecteurs. Cette mode se répandit rapidement et ne présenta aucunement les signes d'essoufflement et d'abandon que d'aucuns lui prédisaient. Bien au contraire, les mots croisés prirent un essor extraordinaire. Des premières grilles pour lesquelles on se contentait de définitions reprises telles quelles d'un dictionnaire, elles évoluèrent vers des définitions plus ingénieuses, souvent à plusieurs sens pour tenter de feinter le joueur.

Au tout début, les mots rares tirés d'encyclopédies spécialisées étaient parfaitement admis. Puis un jour, Tristan Bernard définit le mot "piano" par un "moins cher quand il est droit"... Dès lors, la porte était ouverte aux définitions astucieuses et non dénuées d'humour. Avec lui, d'autres grands auteurs littéraires s'adonnèrent à cette passion tels les Michel Carré, Adrien Vély, André Dumas, Redel De Cop, Jean Richepin, Renée David et la liste n'est pas exhaustive, il s'en faut de beaucoup... Ces verbicrucistes aux définitions sibyllines méritèrent alors le nom de "sphinx". De l'autre côté de la grille, les cruciverbistes jouaient et jouent encore les "œdipes", n'ayant de cesse qu'à la résolution de l'énigme. Mais, contrairement à la mythologie, sans issue fatale pour les créateurs des grilles. Et, tant pour les uns que pour les autres, c'est bien mieux ainsi... pour la pérennité de ce divertissement !

Retour en haut de la page


D'où nous viennent certains mots et expressions
(derniers rajouts en bleu)
 
L'origine des mots constitue une source permanente d'étonnement.
 
à suivre...

 

 §     Deux hypothèses semblent à l'origine du mot clochard. L'une nous dit que "clochard" serait emprunté au mot "cloche" issu du latin médiéval clocca, introduit par les moines se réclamant  de saint Colomban (vers 540 – 615). La dénomination "clocca" est adoptée par un grand nombre de missionnaires anglo-irlandais, ainsi que pour nommer le signal sonore marquant les temps de prière ou de réunions. Le terme clochard nous serait resté d'un temps beaucoup plus récent (1895), où l'on faisait appel aux mendiants pour sonner les cloches des églises, moyennant quelque rétribution.
Une autre hypothèse plus vraisemblable mais empreinte de sens péjoratif, renvoie au verbe "clocher" (marcher en traînant la patte, claudiquer, aller à cloche pied), suscitant des images peu gratifiantes à l'endroit des mendiants et autres réprouvés.
 §    Un coup de Jarnac est aujourd'hui synonyme de traîtrise, de forfaiture. En fait il en fut tout autrement à l'issue d'un duel que mena le baron de Jarnac en 1547 et qui, de son épée, porta un coup aussi habile qu'imprévu, ouvrant le jarret de son adversaire. Ce coup n'eut rien de déloyal et même trouvé fort habile, mais l'usage de l'expression se déforma au fil du temps pour lui donner le sens ignominieux qu'on lui connaît.
 §    Chacun sait ce qu'est le velcro (ou scratch). Cette bande est une invention du Suisse George de Mestral d'Aubonne, en 1941. L'idée a germé dans sa tête en promenant son chien dont le pelage était recouvert de semences de la grande bardane qui s'y étaient accrochées. Le velcro, contraction de "velours" et "crochet", était né !
 §    L'affaire est dans le sac veut dire qu'une affaire est faite et rondement menée. Cette expression couramment utilisée prend tout son sens à la lumière d’un éclairage historique.
Sous l’Ancien régime, avocats et magistrats rangeaient les pièces d'un procès dans des sacs de toile. A la fin du procès, le juge pouvait déclarer "L’affaire est dans le sac" pour signifier que les pièces pouvaient être définitivement classées. En attente de cette sentence finale, il semblerait que le sac, inévitablement incomplet était fixé à un crochet d'où l'autre expression : l'affaire est en suspend.
 §    Faire ripaille, c'est faire bombance. L'expression tirerait son origine du Château de Ripaille à Thonon-les-Bains en Haute-Savoie. Le Duc Amédée VIII y servait festins et banquets grandioses avant qu'il ne fut Félix V le dernier des antipapes.
 §    Cucul la praline, voilà une bien curieuse expression pour qualifier une action ridicule, une chose niaise. C'est le duc de Praslin, secrétaire sous Louis XV qui en serait à l’origine. A son retour des îles Seychelles, il ramena avec lui quelques spécimens de cocos-fesses, ces cocos exclusivement seychelloises aux formes suggestives. Cette drôle de coco fut vite rebaptisée cucul, la praline faisant référence à leur provenance…l’île de Praslin colonisée par le Duc Du Plessis Du Praslin.

 §     Le boycott est une décision de refus de participer à un événement, d'acheter tel ou tel produit spécifique, de cautionner une cause, lorsque certaines règles de jeux, de production, sont considérées comme injustes. Le mot vient du nom de Charles Cunningham Boycott (1832-1897). Intendant d'un riche propriétaire terrien irlandais, il traitait si mal les fermiers qu'ils lui infligèrent un blocus en lui refusant leurs produits.

 §     De nos jours qui oserait affirmer qu'une fine silhouette à quelque chose d'inachevé. Et pourtant...
Etienne de Silhouette, contrôleur général des finances de Louis XV voulut faire son job en taxant les puissants. Il ne dura que quelques mois. Ceux qui ne l'aimaient guère, et pour cause, accolèrent son nom à quelque chose de flou, de furtif, d'inachevé...

 §     "J'ai le rimmel qui coule"... SOS ! Sauvez-le... ce pauvre Eugène Rimmel qui inventa le mascara, populairement adopté sous le nom de son créateur.

 §     On moque souvent l'Appenzellois (du canton d'Appenzell en Suisse), pour sa soi-disant petite taille. Le preneur de son est le p'ti-qu'a-le-son; l'humoriste qui exerce en Allemagne, le p'ti-qu'a-l'Hambourg; le vigneron, le p'tit-qu'a-l'verre; le tavernier, le p'tit-qu'a-l'bar...
Le boulanger est le p'ti-qu'à-le-pain... En fait, le calepin était un volumineux dictionnaire en plusieurs langues (XVIIe siècle). Du nom d'un lexicographe italien, Ambrogio Calepino, il apparut pour la première fois en 1502 sous la forme d'un dictionnaire en latin-italien. On est donc loin du calepin d'aujourd'hui, souvent un petit recueil de pages blanches qui accueille nos notes personnelles.
 §     Un numéro de téléphone, une adresse à découvrir parmi des centaines, voire des milliers
un annuaire de commerce et d'industrie... Vite un oeil dans le bottin. Et cela grâce à Sébastien. Et oui, il s'appelait Sébastien Bottin celui qui eut la bonne idée d'inventer cette sorte de prothèse pour notre mémoire...
 §     D'un homme au comportement bizarre et ridicule, sot et prétentieux, on dit de lui que c'est un olibrius. Ce nom commun tirerait son origine de l'empereur romain Flavius Anicius Olybrius (472), dont le comportement prêta à la moquerie.
 §     Le salaire (salarium) était sous l'empire romain la ration de sel donnée aux soldats puis désigna ensuite l'indemnité qui leur fut versée sous forme de monnaie.
 §     La Trêve de Dieu était une tentative de l'Église pour contrôler la violence féodale par l'application de sanctions religieuses. Premières applications des règles en 1027. L'Eglise ayant abandonné le pouvoir temporel cette trêve fut de moins en moins respectée. Une des dernières initiatives du genre fut le fait de simples combattants franco-allemands lors de la grande guerre, au grand dam des autorités militaires; elle fut appelée la trêve de Noël.  Aujourd'hui, Noël n'arrête pas une guerre... Entre Noël et Nouvel An est apparue la Trêve des confiseurs pour signifier une accalmie dans les marchés boursiers. L'expression est construite ainsi car cette période hivernale des fêtes est traditionnellement propice aux plaisirs de la table et plus particulièrement aux confiseries. Donc rien à voir avec une paix observée dans une hypothétique bataille de tartes à la crème...
 §     L' effet papillon est une expression qui résume une métaphore concernant le phénomène fondamental de sensibilité aux conditions initiales en théorie du chaos. -  (Wikipedia)
"Un simple battement d'ailes d'un papillon peut-il déclencher une tornade à l'autre bout du monde"?  
 §     L'appertisation, autrement dit le procédé de stérilisation pour les aliments, fut mise au point en 1795 par Nicolas Appert, soit 60 ans avant Louis Pasteur et sa pasteurisation.
 §     La poudre d'émeri, issue de la roche homonyme, est mélangée à l'eau pour former une pâte qui est utilisée pour boucher les bouteilles. Le bouchon en verre et l'intérieur du goulot, enduits de cette pâte, sont ajustés par rodage et en assure ainsi l'herméticité. Le langage populaire eut tôt fait d'associer ce travail parfait à l'idée d'une personne « bouchée à l'émer», pour signifier son peu d'ouverture pour ne pas dire son abêtissement.
 §     «Je croyais bien en avoir douze. Au temps pour moi, après recomptage j'en ai treize.» Autrement dit: je reconnais mon erreur et je reprends au début, c'est-à-dire au premier temps, là où j'ai commis mon erreur. L'expression serait d'origine militaire: être ou ne pas être dans le temps (tempo) de la marche ou d'un formel. Un chef d'orchestre qui fait reprendre ses musiciens précisément à l'endroit de l'erreur relevée par lui,  leur fait reprendre "au temps pour lui".  Par contre, si vous êtes au bistrot et que votre ami commande une bière, il est parfaitement exact de dire "Autant pour moi !" pour obtenir la même chose de votre barman préféré...
 §     Payer en espèces sonnantes et trébuchantes signifie aujourd'hui encore, payer avec du bon argent. Afin de se défausser... des faussaires, banquiers et autres marchands d'antan faisaient tinter la monnaie pour en reconnaître sa sonorité. Ils utilisaient également  une balance très précise appelée trébuchet (1326) qui en déterminait le bon aloi. Certains petits malins rognaient ou limaient légèrement les pièces afin de recycler ces chutes en pièces nouvelles ou bijoux précieux.    
 §     Gagner le pactole, qui n'en rêve pas? Le Pactole, rivière de l'ancienne Lydie (Asie Mineure) baignait Sardes. Il était réputé pour ses sables aurifères. Ses eaux roulaient des paillettes d'or qui firent la richesse de Crésus, roi de Lydie de env. -501 à -546. L'explication coule donc de source...
 §     Curieusement, le Pont Neuf est le plus vieux pont de Paris. Certes, comme tous les vieux "ponts-neufs" de par le monde, en son temps il fut donc... neuf, mais du début de sa construction en 1578 à son inauguration en 1604, il prit tout de même 26 ans d'âge...
 §     Quel point commun peut-il exister entre un robinet et un mouton?... Eh bien, celui-là sans celui-ci porterait sans doute un autre nom. En effet, au moyen âge un "Robin" était un mouton et comme la forme des premiers robinets ressemblait à une tête de mouton, le robinet est devenu d'appellation... courante, si je puis me permettre.
 §     Autrefois, le mot renard n'existait pas. Au XII-XIIIe siècle le trouvère Jean Renart (avec un "t") écrivit Le Roman de Renart dans lequel il appela "Goupil le Renart" c'est animal très rusé qui trompe les autres pour avoir de la nourriture et aussi se moquer d'eux. Ainsi, goupil est tombé en désuétude au profit de "Renart" devenu renard.
 §     Si jamais on vous limoge c'est déjà que vous avez eu la chance d'appartenir à une certaine catégorie d'individus hautement considérés. Le simple pékin, on le licencie, on le vire, on le vide... Qui est limogé se consolera en apprenant que ce terme (c'est le cas de le dire), c'est à la ville de Limoges qu'on le doit : le maréchal Joffre y assignait à résidence les officiers d’état-major qu’il avait relevés de leur commandement.
 §     S'il est un fromage connu de par le monde et qui est originaire de Suisse, c'est bien le gruyère ! Il vient de la Gruyère, une verdoyante région fribourgeoise. Et le gruyère, contrairement à tout ce que l'on en dit, y compris le "petit Robert 2000", n'a pas de trous. Mais quand une (fausse) idée largement répandue dans l'Hexagone, creuset de la langue française, il y a peu d'espoir que l'on n'en démordra jamais... C'est l'emmental qui a des trous: ce fromage bernois dont les meules font presque un tiers de plus de volume du gruyère pour le même poids. Et pour cause...
 §     Se mettre en rang d'oignons: L'origine de cette expression ne serait pas, comme on pourrait le supposer, d'origine paysanne mais elle serait plutôt d'issue "noble" puisqu'elle aurait un rapport avec le baron d'Oignon. Cet homme, maître de cérémonie aux Etats Généraux de Blois en 1576, de son nom complet Artus de La Fontaine Solaro, baron d'Oignon et seigneur de Vaumoise, travailla sous l'égide de quatre rois à partir de Henri II. Il avait pour rôle d'attribuer à chaque député son rang protocolaire et, en fonction de celui-ci, sa place... ce que certains d'entre eux n'appréciaient pas, se considérant ironiquement comme "placés en rangs d'Oignon"... Au début du XVIIème siècle cette expression signifiait ne signifiait pas seulement "se mettre sur une même file", mais s'inviter à une réunion à laquelle on n'est pas convié...
 §     En1651, les cavaliers croates portaient une "bande de linge" autour du cou. La mode adopta et adapta ce bout d'étoffe et lui donna le nom de cravate, du mot "Croate" francisé.
 §     Les moines copistes du Moyen Age étaient loin d'imaginer le succès du signe @ lorsqu'ils l'inventèrent comme abréviation graphique de la préposition latine ad (à, vers). Le d, en ce temps-là, était un rond terminé par une courbe vers la gauche. Aujourd'hui, le nom réel du signe est "arobase". Les Anglais l'appellent "at" (traduction du ad latin). Quant à l'origine du mot "arobase", il faut se souvenir qu'anciennement les imprimeurs rangeaient leurs lettres dans un meuble qui s'appelait la casse (d'où la notion de changement de casse dans certains traitements de texte), en haut les majuscules (haut de casse), en bas les minuscules (bas de casse). De plus, le A s'écrivait en minuscule de deux manières: a et @; le second était le "a rond". Donc, @ est un "a rond bas de casse" qui, avec la déformation est devenu "arobase".
 §     Il y a environ un siècle, l'automobile faisait son apparition.  Quand elles se firent plus nombreuses, il fallut songer à les distinguer et on décida de les doter d'une plaque numérotée. S'agissant d'une nouveauté on ne sut trop, en France, à quel service d'Etat en attribuer la distribution. L'une des institutions les moins chargées était l'Office des mines. On lui confia donc cette tâche et, tout naturellement, elles furent baptisées plaques minéralogiques. On essaya bien, en 1929, de corriger cet illogisme en les renommant "plaques d'immatriculation". Mais le pli était pris...
 §     Cher aux Américains... et aux cruciverbistes, l'oncle Sam a vraiment existé.  Pendant la guerre de 1812, un boucher du nom de Samuel Wilson livrait à l'armée des sacs de viande estampillés du sigle US. Ses employés le surnommèrent Uncle Sam (Samuel), en jouant avec les initiales de United States of America. Ce surnom fut repris par la propagande américaine pour désigner l'incarnation (l'incarnation, c'est pas mal pour un boucher), de la nation.
 §     Chacun sait, par exemple, que poubelle vient du nom de son inventeur, un certain Eugène Poubelle.
 §     Mais le mot nylon ?... Un groupe de cinq chimistes recherchaient une fibre très fine qui trouverait d'innombrables applications notamment pour la fabrication de chaussettes et de bas. L'invention découverte, il fallait bien lui donner un nom. Et chacun allait de sa proposition plus ou moins fantaisiste. L'une après l'autre  les suggestions étaient rejetées par la majorité du groupe. Jusqu'au jour où l'un des chercheurs proposa de réunir la première lettre du prénom de leur femme respective et de former un anagramme satisfaisant. Et c'est ainsi que Nancy, Yvonne, Lorella, Olivia et Nina apportèrent leur contribution à la création d'un mot. Mot qui, soit dit en passant, leur fit une belle jambe...
  
 §     A l'énoncé de certaines origines curieuses, peut-être faites-vous une drôle de binette...   binette que nous devons à un certain M. Binet, perruquier de Louis XIV et créateur de perruques masculines que l'on appelait des binettes. Le mot finit par désigner familièrement un visage.  Comme quoi l'expression tirer une drôle de binette est quand même un peu tirée... par les cheveux. Quoi qu'il en soit, c'était tout de même un cas, Binet...
 §     Les barèmes qu'adorent comptables et autres "impôt'steurs" ont vu le jour suite à la parution du livre "Les comptes faits du grand commerce"  dont l'auteur fut un certain François Barrême.
 
 §     Si vous êtes un bourreau de travail, un stakhanoviste, n'en tirez pas une trop grande fierté. En effet, dans la nuit du 30 au 31 août 1935, un ancien berger de 29 ans bat un record: il extrait à lui seul cent cinq tonnes de charbon en 5 h 45, soit dix fois le record précédent détenu par un Anglais et quatorze fois les normes soviétiques. Un entrefilet de la Pravda  révèle l'exploit de Stakhanov. En présence de Staline, un congrès lui rend hommage et "L'émulation socialiste" a trouvé son héros dont le nom devient synonyme de rendement et de rythme de travail accéléré dans le monde entier...
Mais voilà. En 1988, la Komsomolskaïa Pravda a révélé la supercherie: Stakhanov n'était pas seul. Et pourtant son nom restera lié au travail forcené davantage qu'à la tricherie. Ma foi, quand cela arrange les grands et les gros...
 

Retour en haut de la page


choses là étaient dites...

Le jour ou l'on nous mariA
Je m'en souviens, monsieur l'aB
Nous dit d'un air fort compaC
Enfants, il faudra vous aiD
Madame, vous obéirE
A votre époux, à votre chF
Puisqu'il ne pourra vous chanG
Et pour éviter qu'il vous l'H
Ayez toujours l'air bien gentI
Montrez un front pur qui rouJ
Evitez tous les mauvais K
C'est ainsi que toujours près d'L
Attachant son époux qui l'M
Une femme évite sa N
S'il lui tourne pourtant le dO
Et qu'il se mette à la tromP
Qu'elle ne se croit pas vainQ
Qu'elle lui montre meilleur R
Et l'enchaîne par sa tendrS
Qu'en lui voyant tant de bonT
Il en devienne tout confU
Son amour sera retrouV
Le ménage aura le beau fX
Comme dans les...Y(îles grecques)
Et c'est ainsi que Dieu nous Zaime

Selon un vieil almanach de 1830
(Karl Petit - Dictionnaire des citations)

Retour en haut de la page


Carré magique

Découvert par des archéologues en Ardèche mais aussi au bord de l'Euphrate sur des dalles de l'époque romaine, ce carré magique date peut-être des premiers temps de l'ère chrétienne. Mots en latin, signification du carré inconnue...
Voici, à gauche, cette merveille dont les mots se lisent de gauche à droite, de droite à gauche, de haut en bas et de bas en haut.
Peut-être vais-je pouvoir vous donner la signification de ces mots, le temps de trouver l'érudit...
SATOR
AREPO
TENET
OPERA
ROTAS

Non moins intéressant,

 voici encore le pendant

 en français au carré

magique cité plus haut.

  

Commentaire tiré du Dico des
mots croisés de Michel Laclos
ETRES
TRACE
RADAR
ECART
SERTE

Pause sourire

Charles Treinet, Pierre Fresnay et Sophie Démarrais ont fait une course. Qui donc à gagné ?
Sophie bien sûr puisque l'un traînait et l'autre freinait...

 La pensée de José Giovanni, écrivain et cinéaste

" Il faut donner à chacun la possibilité d'évoluer. Celui qui vous colle une étiquette et vous met dans une case ne connaît pas la vie. Il faut laisser respirer la vie ! "

et celle du webmaster...

Vous prenez un B et vous l'inscrivez dans une case : il ne bouge plus!

Vous y mettez un O, il s'enferme sur lui-même et tourne en rond...

De même pour la lettre U qui malgré son caractère ouvert n'en demeure pas moins enfermée.

Pareil pour le G, il  peut se gonfler comme la grenouille de la fable, il restera emmuré.

Itou pour le E, qui à lui seul ne veut rien dire, et pour cause,  puisqu'il est  muet.

Quant au R, il ne lui sert à rien de prendre ses grands airs, il sera toujours emprisonné et plutôt deux fois qu'une: aux arrêts quoi !

Mais toutes ensembles et bien ordonnées, ces lettres donnent  BOUGER.

Et bouger c'est la vie !

Retour en haut de la page


Quand un cordier cordant veut accorder sa corde, pour sa corde à corder trois cordons il accorde: Mais si l'un des cordons de la corde accordée décorde, le cordon décordant fait décorder la corde.
Tiré de Nicot, Thresor de la langue française (1606 : Corde, f. pen. Est ce qui est tressé de deux ou de plusieurs cordons à tour de roüe de cordier, soit de chanvre, de jonc, ou autre matiere qu'elle soit faite, Chorda. duquel mot Latin le nostre est fait.  - Quand un cordier cordant veut accorder sa corde, pour sa corde accorder trois cordons y accorde: Mais si l'un des cordons de la corde descorde, Le cordon descordant fait descorder la corde.
Ma sœur est maire, mon père est frère, ma mère est sœur, mon frère est massseur.
Chaque chouette chic choque chaque chapon chaste.
Didon dit: «Donne donc du dos dodu de dodu dindon!» Et Didon dîna, dit-on, du don du dos dodu d'un doux dodu din­don du Doubs.
Tâche de mâcher ta mâche sans cracher ou lâche ce crachat sans tacher.
Il fit frire frite crue et fruits frais crus. Frite crue frite fut cuite et fruits frais crus frits furent cuits.
Grapillez grappes, grenades et gros grains gratis du grenier sur granit granuleux grec non gravé!
Le marxiste excité exècre le trotskiste triste.
Une escadrille d'excentriques en espadrilles escorte une excursion d'exorcistes exaltés.
Ta Katie t'a quitté. T'es cocu, qu'at­tends-tu? Cuites-toi, t'es cocu. T'as qu'à  t'cuiter et quitter ton quartier. Ta tactique était toc : ôte ta toque et troque ton tricot tout crotté et ta croûte au couteau qu’on t’a tant attaqué contre un tacot coté quatre écus tout compté… (Boby Lapointe)
Annie, l'amie d'Anna n'a ni anis ni ananas. Anna, l'amie d'Annie n'a ni ananas ni anis. Et la mamie d'Annie en a marre de la manie d'Anna.
Un pâtissier qui pâtissait chez un tapissier qui tapissait dit un jour au tapissier qui tapissait: «Vaut-il mieux pâtisser chez un tapissier qui tapisse ou tapisser chez un pâtissier qui pâtisse?»
Combien sont ces six saucissons·ci? Ces six saucissons-ci sont six sous. Si ces six saucissons-ci sont six sous, c'est cher!
Si ces six scies-ci scient si bien ces cy­près-ci, ces six scies-ci scieront ces six cents cyprès-là.
Extraits du livre de Laurent Gaulet, de chansons de Boby Lapointe et d’autres auteurs inconnus…

  • Le CV de mademoiselle... 
       - Voyons, mademoiselle, dit le directeur à la jeune candidate, vous avez des références, des capacités particulières ?
       - Oui, monsieur. L'année dernière j'ai gagné plusieurs concours de mots croisés...
       Le directeur sourit.
       - Très intéressant. Mais ici il nous faut des employés qui prouvent leur intelligence pendant les heures de bureau.
       - Mais monsieur, c'était pendant les heures de bureau.

  • Une dictée sous forme de jeu
    La maîtresse de maison avait décidé de mettre les petits plats dans les grands. Elle avait tiré du placard une/un tajine, pour préparer un/une goulasch. Avec un quasi de bœuf, saisi par avance, mitonnaient quelques tubercules soigneusement pelés/pelées. Par un/une alvéole du/de la tajine
    s'échappaient des effluves odoriférantes/odoriférants. «Si je ne reçois pas de chauds/chaudes éloges, quel déboire», murmura la cuisinière en un/une  bref/brève aparté. A l’instant précis, son mari franchissait le seuil, les bras chargés de cadeaux: une/un planisphère pour le benjamin, un/une orgue positif/positive pour la plus grande et, pour son épouse, une/un volubilis. «Ah! je te reconnais bien là. Quelles/quels délices tu nous prépares!» Il s'apprêtait à ajouter du faste à cette/cet épigramme lorsque la voix de l'aînée, qui s'affairait avec sa/son petit/petite écritoire retentit depuis la chambre: «Dis, maman, armistice, c'est masculin ou féminin?»

    Retour en haut de la page